La nature, ce merveilleux héritage en partage :

En un demi-siècle d'observation de la campagne qui environne son village,

RDL a constaté les désolants ravages sur la faune du remembrement, par ses dommages collatéraux,

  • la disparition des haies, l'abattage inconsidéré d'arbres,

  • le roto-broyage,

des herbes et arbustes sauvages au long des chemins,

au moment des périodes de reproduction des insectes,

- pourtant dispendieux par consommation insane et répétée de carburants fossiles, et exterminateur d'insectes -,

  • des chemins de plus en plus fréquentés non seulement par les engins agricoles, légitimes,

               mais surtout, hélas, par des véhicules de tourisme et autres pollueurs à cœur de la nature,

- comme des quads et motocycles, aux fracas assourdissants et nauséabonds -,

  • les décharges sauvages et des ordures diverses, comme des conditionnements de McDonald's, 

déversées sur chemins et bas-côtés par des gougnafiers irresponsables, asociaux et inciviques,

  • une réduction de l'éventail des culture, cause de l'appauvrissement floral et de la famine des apidés, du recours aux engrais et produits phytosanitaires,

  • l'usage abusif, - parce que stérilisateur de vie pollinisatrice -, des pesticides,

souvent pour des cultures inadaptées à des ressources régressives en eau, qui aggravent le stress hydrique, ...

Ces comportements inappropriés entraînent

  • la raréfaction ou la disparition de nombre de lépidoptères, coléoptères, gastéropodes, lombrics, ...,

et par voie de conséquence directe ,

  • la raréfaction ou la disparition des petits mammifères, et de nombre de représentants de l’avifaune autrefois si enchanteresse.

A regarder de près les survivants de ce petit peuple des minuscules de notre planète,

RDL s'extasie sans cesse des merveilles qu'il révèle,

avec en filigrane ce mystère fabuleux et inexpliqué de la vie, multiforme.

RDL se désole que cette considération,

qui devrait habiter tout être raisonnablement sensé, et social,

- le portant à penser, contrairement à Sénèque, que l'on ne naît pas sociable,

que la sociabilité résulte de l'éducation et de la culture, aujourd'hui en désamour -,

n'incite pas plus nombre de ses concitoyens à adopter des comportements moins suicidaires, plus altruistes,

à respecter et protéger la vie parallèle et solidaire,

plus encore si elle n'est pas foncièrement nocive,

quand elle participe aux équilibres des écosystèmes dont dépend notre descendance,

alors qu'il est toujours possible, par effort de réflexion, de méthodes et de recherche, et de bon sens,

de la rendre compatible avec les activités humaines.

Saccager la nature, c'est mettre la biodiversité en péril, et les équilibres imbriqués qui assurent la pérennité de l'espèce humaine.

C'est pourquoi RDL enregistre autant qu'il le peut,

dans son environnement, avec attendrissement,

les minuscules rescapés de ce génocide.